Baleine à bosses

cliquez sur les images pour les agrandir

Megaptera novaeangliae

Noms

AÇORES : "Ampebeque" - POR : Baleia de Bossa - ITA : Megattera - SPAIN : Jorobada - GB : Humpack GER : Buckewall - NEDER : Bultrug - SWEEDS : Hnufubakur - NOORS : Knølhval - DEENS : Buckelhval - JAP : Zato kujira

Description

Les mâles adultes mesurent en moyenne 14 m et les femelles 15 m. Le poids varie entre 30 et 40 tonnes. A la naissance, la baleine à bosse mesure 4 à 5 m pour un poids variant de 1 à 2 tonnes. La gestation dure 12 mois et la mère s’occupe de son jeune jusqu’à ce qu’il atteigne un an. Le dos est noir tandis que la face ventrale est blanche. La tête porte de nombreuses protubérances arrondies, les bosses. L’espèce est caractérisée par ses longues nageoires pectorales, souvent blanches. De 270 à 400 paires de fanons gris sombre garnissent la mâchoire supérieure. La face ventrale comporte de 14 à 35 sillons qui s’étendent de la gorge à l’ombilic. L’alimentation de la jubarte (autre surnom français de l’espèce) est très variée, à l’image de ses techniques de chasse. Elle peut se précipiter sur les banc de krill ou de petits poissons, tels que les maquereaux ou les harengs. Elle peut aussi assommer une proie avec sa caudale ou sa nageoire pectorale. Elle est particulièrement impressionnante lorsqu’elle nage en spirale et forme, avec son évent, un rideau de bulles d’air pour encercler ses proies, comme dans un filet. Il ne reste plus qu’a déguster ! Le plus vieux spécimen connu avait 48 ans. L’espèce possède le répertoire sonore le plus varié. Elle émet des sons dont la fréquence varie de 0,02 à 8,2 kHz. On pense que chaque population possède son propre répertoire sonore. Ces chants peuvent durer jusqu’à 15 minutes. Il sont surtout produits par les mâles.

Observation

Victime de la chasse, la population de baleines à bosse a considérablement diminué dans l’Atlantique nord. Cependant, un spécimen isolé et très actif a été observé dans le groupe des îles centrales pendant plusieurs semaines, durant l’été 1996. A plusieurs reprises, nos postes de vigie nous avaient signalé cet animal en 1995. Il ne nous a cependant jamais été possible de l’approcher suffisamment pour confirmer l'identité de l’espèce. En 1994, un petit spécimen a été filmé par un plaisancier, très près de la côte sud de l’île de Faial. En Juin 1998 et Juin 1999, nous avons finalement pu, pour la première fois, photographier deux individus au sud de l’île de Pico. Le souffle d’environ 2,50 m de hauteur est visible et bruyant. Lorsqu’elle sonde, elle arque fortement son dos et montre toujours sa caudale. Elle peut rester 20 minutes en immersion et se déplacer à une vitesse de 4 nœuds, avec des pointes à 8 nœuds. De loin, elle peut être confondue avec les autres rorquals. De près, il est facile de la distinguer des autres espèces, grâce aux bosses de la tête et aux longues nageoires pectorales.

Cétacés référencés aux Açores